ROYAUTÉ

ndlr : les événements évoqués partent de la création du régiment en 1757


 

17 février 1757 : CRÉATION DU ROYAL DEUX-PONTS

 


 

Christian IV  de DEUX-PONTS-BIRKENFELD-BISCHWILLER

                                     (1757-1775)

Colonel propriétaire


 

ndlr : le duc lève en 1757 un régiment dénommé Royal Deux-Ponts qu'il met à disposition du Roi de France Louis XV (cf ordonnance ci-dessus). Il en est le colonel propriétaire sachant qu'il confie le commandement sur le terrain à un chef de corps. Ce rôle a été successivement tenu de 1757 à 1775 par les officiers ci-dessous.

A sa mort en 1775, la propriété du régiment revient par héritage au comte de Forbach des Deux-Ponts.

 


Les chefs de corps du Royal Deux-Ponts


Source Wikipedia Commons - Domaine public
Source Wikipedia Commons - Domaine public

 

Colonel-Lieutenant Christian Karl Wilhelm                  Baron de CLOSEN-HEIDENBURG

                                     (1757-1758)


Effectifs


 

ndlr : le document édité au 1er janvier de l'année indiquée sur la page d'en tête (ici, 1758), reflète la composition du régiment ainsi que le relevé nominatif de son état-major durant l'année précédente (ici 1757). Toute évolution du régiment durant l'année indiquée sur la page d'en tête (ici 1758), sera prise en compte sur l'état militaire de l'année suivante (donc, 1759).

L'ensemble de ces documents provient de la source Gallica.

Nous attirons l'attention du lecteur sur les changement d'appellation ultérieurs du document intervenant selon le régime politique de la France.

 


 

Colonel-Lieutenant Jean-Daniel de SAINT-INGBRECH

                                     (1765-1766)

ndlr : décédé dans l'année 1766


Effectifs



 

Colonel-Lieutenant

Louis Charles Eugène Baron de BERGH

                                     (1766-1775)

 

Brigadier (20 février 1761), maréchal de camp (3 janvier 1770)

Chambellan de Stanislas, Roi de Pologne, Duc de Lorraine et de Bar

Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis


Effectifs

 

ndlr : en ce qui concerne l'année 1773, l'état militaire révèle la vacance de la fonction de chef de corps suite au départ du baron de Bergh.


 

Colonel-Lieutenant et Colonel propriétaire

Christian Comte de FORBACH des DEUX-PONTS

                                     (1775-1788)

 

ndlr : à la mort de son père Christian IV en 1775, la propriété du régiment lui revient par héritage.

Il cumulera les fonctions de colonel propriétaire et de chef de corps, notamment pour la campagne d'Amérique.


 

Novembre / décembre 1775 : LES ADIEUX A CHRISTIAN IV

 

L'Europe avant l'heure !

Gazette diplomatique et littéraire des principales cours d'Europe, notre "Quoi de 9" serait-il son héritier ?... (Source Gallica-RetroNews)

 


Effectifs

Activités militaires

 

1780 - 1783 : LA CAMPAGNE D'AMÉRIQUE

 

 Yorktown, petite histoire illustrée...
(Extrait du document de l'association d'histoire locale de Forbach "Die Furbacher" présenté à l'occasion de la réception des "Fils de la Révolution" en avril 2012).
Avec nos vifs remerciements à Monsieur J. Baptiste ZURBACH auteur de "Ils ont fait l'Amérique... La Troupe dorée du Royal Deux-Ponts 1780-1783".


Les Français en Amérique

pendant la Guerre de l'Indépendance

des Etats-Unis

1777-1783

Thomas BALCH (1821-1877)

Homme de loi et historien

 

Édition électronique réalisée à partir du texte de Thomas BALCH (Paris - A. Sauton, éditeur, 1872, 237 pages).

Fac-similé de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica.

Une réalisation de Réjeanne Toussaint, bénévole, Chomdey, Ville Laval, Québec.



LES FORCES EN PRÉSENCE

AMIS

ENNEMIS


                                                AMÉRICAINS ET FRANÇAIS

 

1-3-5-6 : Milices "insurgentes"

2 : Infanterie américaine (1781)

4 : Dragon américain

7 : Fusilier du Royal Auvergne * (France)

8 : Fusilier du Royal Deux-Ponts ** (France)

9 : Hussard (France)

10 : Fusilier du Régiment de Dillon *** (France)

11 : Artilleur de la Légion des volontaires étrangers de Lauzun (France)

9 : Fusil de chasseur hessois (Allemand)

10 : Pistolet de fabrication belge

11 : Baïonnette à douille

12 : Mousquet de grenadier hessois (allemand)

13 : "Brown Bess" anglais

14 : Pistolet North and Cheney (1799)

15 : Pistolet de cavalerie anglais.

ANGLAIS ET ALLEMANDS

 

1 : Ecossais de la "Black Watch"

2 : soldat de la "Legion Cavalry"

3 : officier de grenadiers anglais

4 : Ranger

5 : Chasseur (Allemand)

6 : Dragon (Allemand)

7 : Régiment Anspach-Bayreuth (Allemand)

8 : Régiment Anhalt-Zerbst (Allemand)

 


 ndlr : deviennent en 1791 : * 92e R.I. de ligne, ** 99e R.I. de ligne, *** 87e R.I. de ligne.


 

 

 

 

Campagne d'Amérique (1780-1781) du comte Guillaume-Philippe de Deux-Ponts Birkenfeld.

 

NDLR : récit en français  pages 27 à 71, introduction, texte, appendice et index en anglais

 

 

Télécharger
My campaigns in America.pdf
Document Adobe Acrobat 10.0 MB


 

Le journal de FLOHR

 


Récit du voyage en Amérique effectué par le très glorieux régiment de Deux-­Ponts sur mer et sur terre de 1780 à 1784.
Fait à Strasbourg le 5 juin de l’année 1787 par Georges FLOHR
-

Le «Flohr» est un texte singulier dans sa forme comme dans son contenu. Pièce majeure du fonds des manuscrits conservés au département de patrimoine de la médiathèque André Malraux.

Il apporte un témoignage rare sur la participation des Européens au processus par lequel les Insurgents ont conquis leur indépendance et bâti un État fondé sur de nouvelles valeurs …


Le Journal de Flohr

 

 

Le journal de Flohr est un manuscrit rédigé en 1787 à Strasbourg par Georg Daniel Flohr (1756-1826), fusilier ayant participé à la Guerre d’Indépendance américaine. 
Flohr tient des notes où il raconte son voyage au jour le jour et décrit tout ce qu’il a vu : les océans et leur traversée mouvementée, les batailles, les peuples amérindiens mais aussi les colons. Il rédige son récit à son retour en 1787 à partir de ses observations et d’indications trouvées dans des encyclopédies.
C’est une œuvre passionnante car les récits de simples soldats sont rares. Ce manuscrit comporte une trentaine d’illustrations de la main de Flohr. Elles représentent, dans un style simple et naïf, les villes et les lieux qu’il a traversés : Providence, Boston, Philadelphie ou encore La Jamaïque.
Ce trésor est conservé au Fonds Patrimonial de la Médiathèque de Strasbourg sous la cote MS 15.

 


Le Flohr : une enquête passionnante

 

Mais qui est Flohr ? Et d’où vient son manuscrit ? 
Il est assez facile de répondre à la première question car la biographie de Georg Daniel Flohr se trouve dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne. On y apprend qu’il est né en 1756 à Annweiler dans la province de Deux-Ponts. 
Il a rédigé son manuscrit à son retour en Europe, à partir de notes prises au jour le jour, lors de la Guerre d’Indépendance américaine. Nous savons que son récit est passé entre les mains des membres de sa famille car des prénoms et des dates sont inscrits sur la dernière page. Le manuscrit est resté sur le Vieux Continent, mais Flohr est reparti en Amérique pour devenir pasteur et mourir en Virginie en 1826.
La deuxième question est plus complexe, car nous ne savons pas comment ce récit, conservé dans la famille, est venu jusqu’aux rayons de la bibliothèque municipale de Strasbourg.
Cet ouvrage remarquable nous livre de nombreux secrets et a suscité de nombreux travaux d'universitaires et bibliothécaires sous la direction d’Isabelle Laboulais, professeur d'Histoire Moderne à l'Université de Strasbourg.

 


A la découverte du journal de Flohr

 


Télécharger
Le voyage de Flohr (document original)
Document conservé à la Médiathèque
André MALRAUX de Strasbourg
Reisen_Beschreibung_von_America_welche_[
Document Adobe Acrobat 34.6 MB
Télécharger
Traduction du journal de Flohr
Introduction rédigée par Grégoire Binois, Daniel Fischer, Edern Hirstein, Thomas Tricot sous la direction d’Isabelle Laboulais
Traduction journal Flohr.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB
Télécharger
Le voyage de Flohr
Analyse critique
par Mr Edern HIRSTEIN (Université Strasbourg)
Le voyage de Flohr (1780-1783) _ à la cr
Document HTML 140.0 KB


RÉSUMÉ GÉNÉRAL DE LA REVUE D'INSPECTION DU ROYAL-DEUX-PONTS PAR LE BARON DE VIOMÉNIL   NEWPORT - 29 octobre 1780 -

(Fonds MUDLER)


ndlr : * le Baron de VIOMENIL, Maréchal de Camp, est commandant en second sous les ordres du Comte de ROCHAMBEAU

 

ÉTUDE COMPARATIVE EN MÉMOIRE DES SOLDATS DU ROYAL-DEUX-PONTS

avril 1780 - juillet 1783

Télécharger
Version pdf permettant l'utilisation des liens intégrés au texte
Etude comparative en mémoire des soldats
Document Adobe Acrobat 555.8 KB

 

ndlr :

La consultation des nombreuses sources à la base de ce document est possible en utilisant les liens insérés dans le texte, facilement identifiables par leur écriture en caractères bleus soulignés.

Cela n'est cependant pas possible directement sur les images du diaporama.

Pour y parvenir, vous devez télécharger et ouvrir le fichier .pdf ci-dessus puis cliquer sur les liens qui vous intéressent.

Deux solutions à partir de là :

- Une fenêtre internet s'ouvrira sur le site web de la source.

- Un fichier se téléchargera, indiqué par l'icône de téléchargement (une petite flèche vers le bas) en haut à droite de votre écran.

 





blason - écu de la famille WURMSER
blason - écu de la famille WURMSER

 

Colonel-Lieutenant Baron de WURMSER

                                                                (1788-1791) 

 

Maximilien Heinrich Constantin de WURMSER de VENDENHEIM naît le 31 mars 1743 à Mulhouse. Il embrasse une carrière militaire : capitaine en 1762 au régiment d'Alsace, il participe avec sa compagnie aux campagnes de la guerre de Sept Ans .

«Arrêté, en accord avec ses parents, par le comte de WALDNER, son oncle, pour libertinage et pour avoir contracté des dettes usuraires, il fut incarcéré pendant six mois dans un château, près de Nantes, en 1768 .»

(ndlr : source : Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace).

Pour accéder à des responsabilités supérieures, il  se forme à l'École de Guerre (ndlr : créée en janvier 1751) et obtient son brevet de lieutenant-colonel en janvier 1783.

Avant de prendre le commandement "opérationnel" du Royal Deux-Ponts en 1788, il sert comme lieutenant-colonel au régiment d'Anhalt.

Promu général de brigade et maréchal de camp le 30 juin 1791.

Ayant déserté le service de la France révolutionnaire, il est inscrit, le 15 janvier 1793, sur la liste des émigrés et ses biens et possessions sont saisis.

De 1792 à 1797, il participe aux campagnes de l'Armée des Princes.

Commandeur de l'Ordre de Saint-Louis (1817)

Commandeur de l'Ordre de la Fidélité (Bade)

Chevalier de l'Ordre de l'Aigle d'Or

Il décède en octobre 1823, à l'âge de 80 ans.


ndlr : erreur de date sur la prise de commandement du Royal Deux-Ponts qui n'intervient qu'en 1788. On relève aussi une erreur typographique dans la phrase qui suit, il doit probablement s'agir du 30 juin 1791.

État nominatif des pensions sur le trésor royal-IIIè classe-1789 (Source Gallica)
État nominatif des pensions sur le trésor royal-IIIè classe-1789 (Source Gallica)
liste des émigrés (source Gallica)
liste des émigrés (source Gallica)

Petit détour héraldique :

La famille Wurmser est une très ancienne famille noble, non princière, d'Alsace. On retrouve trace d'anciennes armoiries à la bibliothèque et aux archives de la ville de Strasbourg datant de 1529. Au fil du temps , ces armoiries ont pu légèrement varier même si les caractéristiques essentielles ont été pérennisées. En 1529, Bernard  Wurmser de Vendenheim, un lointain aïeul, combat contre les Turcs assiégeant la ville de Vienne, en Autriche, puis il est aussi porté à la tête de troupes strasbourgeoises envoyées en Hongrie pour lutter contre les Ottomans. Les deux croissants, figurant tant sur le blason que sur les armoiries, remémorent très probablement ces faits de guerre :

 


Description (Science héraldique) :

"Coupé de sable sur or; le sable en de deux croissants montants d'argent accostés.

L'écu timbré d'un casque de tournoi, couronné d'or et orné de lambrequins d'or et de sable.

Cimier : une femme de carnation, issant du casque, la tête ceinte d'une couronne d'or, les couleurs de la robe reproduisant les dispositions de l'écu, les bras remplacés par deux cornes de buffle d'or. Lambrequins d'or et de sable."

(Source :"Nobiliaire d'Alsace" Kevin J SMITH - 2018)

 

Effectifs