LA CAMPAGNE D'AMÉRIQUE

 Yorktown, petite histoire illustrée...
(Extrait du document de l'association d'histoire locale de Forbach "Die Furbacher" présenté à l'occasion de la réception des "Fils de la Révolution" en avril 2012).
Avec nos vifs remerciements à Monsieur J. Baptiste ZURBACH auteur de "Ils ont fait l'Amérique... La Troupe dorée du Royal Deux-Ponts 1780-1783".


Les Français en Amérique

pendant la Guerre de l'Indépendance

des Etats-Unis

1777-1783

Thomas BALCH (1821-1877)

Homme de loi et historien

 

Édition électronique réalisée à partir du texte de Thomas BALCH (Paris - A. Sauton, éditeur, 1872, 237 pages).

Fac-similé de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica.

Une réalisation de Réjeanne Toussaint, bénévole, Chomdey, Ville Laval, Québec.



LES FORCES EN PRÉSENCE

AMIS

ENNEMIS


                                                AMÉRICAINS ET FRANÇAIS

 

1-3-5-6 : Milices "insurgentes"

2 : Infanterie américaine (1781)

4 : Dragon américain

7 : Fusilier du Royal Auvergne * (France)

8 : Fusilier du Royal Deux-Ponts ** (France)

9 : Hussard (France)

10 : Fusilier du Régiment de Dillon *** (France)

11 : Artilleur de la Légion des volontaires étrangers de Lauzun (France)

9 : Fusil de chasseur hessois (Allemand)

10 : Pistolet de fabrication belge

11 : Baïonnette à douille

12 : Mousquet de grenadier hessois (allemand)

13 : "Brown Bess" anglais

14 : Pistolet North and Cheney (1799)

15 : Pistolet de cavalerie anglais.

ANGLAIS ET ALLEMANDS

 

1 : Ecossais de la "Black Watch"

2 : soldat de la "Legion Cavalry"

3 : officier de grenadiers anglais

4 : Ranger

5 : Chasseur (Allemand)

6 : Dragon (Allemand)

7 : Régiment Anspach-Bayreuth (Allemand)

8 : Régiment Anhalt-Zerbst (Allemand)

 


 ndlr : deviennent en 1791 : * 92e R.I. de ligne, ** 99e R.I. de ligne, *** 87e R.I. de ligne.


 

 

 

 

Campagne d'Amérique (1780-1781) du comte Guillaume-Philippe de Deux-Ponts Birkenfeld.

 

NDLR : récit en français  pages 27 à 71, introduction, texte, appendice et index en anglais

 

 

Télécharger
My campaigns in America.pdf
Document Adobe Acrobat 10.0 MB



Récit du voyage en Amérique effectué par le très glorieux régiment de Deux-­Ponts sur mer et sur terre de 1780 à 1784.
Fait à Strasbourg le 5 juin de l’année 1787 par Georges FLOHR
-

Le «Flohr» est un texte singulier dans sa forme comme dans son contenu. Pièce majeure du fonds des manuscrits conservés au département de patrimoine de la médiathèque André Malraux.

Il apporte un témoignage rare sur la participation des Européens au processus par lequel les Insurgents ont conquis leur indépendance et bâti un État fondé sur de nouvelles valeurs …


Le Journal de Flohr

 

 

Le journal de Flohr est un manuscrit rédigé en 1787 à Strasbourg par Georg Daniel Flohr (1756-1826), fusilier ayant participé à la Guerre d’Indépendance américaine. 
Flohr tient des notes où il raconte son voyage au jour le jour et décrit tout ce qu’il a vu : les océans et leur traversée mouvementée, les batailles, les peuples amérindiens mais aussi les colons. Il rédige son récit à son retour en 1787 à partir de ses observations et d’indications trouvées dans des encyclopédies.
C’est une œuvre passionnante car les récits de simples soldats sont rares. Ce manuscrit comporte une trentaine d’illustrations de la main de Flohr. Elles représentent, dans un style simple et naïf, les villes et les lieux qu’il a traversés : Providence, Boston, Philadelphie ou encore La Jamaïque.
Ce trésor est conservé au Fonds Patrimonial de la Ville de Strasbourg sous la cote MS 15.

 


Le Flohr : une enquête passionnante

 

Mais qui est Flohr ? Et d’où vient son manuscrit ? 
Il est assez facile de répondre à la première question car la biographie de Georg Daniel Flohr se trouve dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne. On y apprend qu’il est né en 1756 à Annweiler dans la province de Deux-Ponts. 
Il a rédigé son manuscrit à son retour en Europe, à partir de notes prises au jour le jour, lors de la Guerre d’Indépendance américaine. Nous savons que son récit est passé entre les mains des membres de sa famille car des prénoms et des dates sont inscrits sur la dernière page. Le manuscrit est resté sur le Vieux Continent, mais Flohr est reparti en Amérique pour devenir pasteur et mourir en Virginie en 1826.
La deuxième question est plus complexe, car nous ne savons pas comment ce récit, conservé dans la famille, est venu jusqu’aux rayons de la bibliothèque municipale de Strasbourg.
Cet ouvrage remarquable nous livre de nombreux secrets et a suscité de nombreux travaux d'universitaires et bibliothécaires sous la direction d’Isabelle Laboulais, professeur d'Histoire Moderne à l'Université de Strasbourg.